logo GPStraces GPStraces.net
thumb-rando-3365

Kilimanjaro - Jour 5 - Barafu Camp - Uhuru Peak - High camp

niveau4 kml-file-symbol4 gpx-file-symbol4 Téléchargé 74 fois
Consulté 425 fois
Origine de la trace : Garmin 60Csx 2024-04-01 12:30:16Cette étape est la plus difficile du trek, avec un indice IBP élevé, le froid, la pente raide et la...

Cette rando fait partie du trek :
Niveau expert Distance Durée Vitesse Déniv. cum.
terrain ascen
En déplacement 13,34km 09h52mn 1,4km/h +1204/-2199
pente>20% (x=37%) 2,13km 03h06mn 0,7km/h 256m/h +795m
2%<pente<20% (x=10%) 1,79km 02h08mn 0,8km/h 82m/h +175m
Plat/faux plat
-2%<pente<2%
0,78km 00h37mn 1,3km/h 234 m/-94m
-20%<pente<-2% (x=-12%) 3,79km 01h48mn 2,1km/h 252m/h -454m
pente<-20% (x=-34%) 4,85km 02h11mn 2,2km/h 751m/h -1651 m
En pause (v<0,45km/h) 1,22km 07h07mn Altitude
Total 14,56km 16h59mn 0,8km/h Gain -863m
Km-effort 30,05km Maximum 5,1km/h Max. 5902m
Estimation de la durée 07h30mn Min. 3818m
Effort physique
ibp
207
HKG
N.B. : l'état du chemin et, le cas échéant, le poids du sac à dos ne sont pas pris en compte dans le calcul de l'indice IBP.
Consulter la page Cotation des randonnées pédestres de la FFRP pour une information complète.
Point de départ :
-3.098911°N
37.377945°E

qrcodedepart
Note : aucune (0 avis)
Cette étape est la plus difficile du trek, avec un indice IBP élevé, le froid, la pente raide et la haute altitude ; départ à 23h30 pour 1200m de dénivelé en vue d'atteindre Stella Point en principe en 6h mais il nous faudra beaucoup plus de temps. A cette altitude l'effort est conséquent, le froid est mordant, un léger vent glacial souffle depuis l'est et nous gèle le visage un lacet sur deux. Sur les conseils de notre guide Adam, j'ai rangé la batterie de mon appareil photo et mon GPS au chaud près du corps pour éviter que le froid ne les décharge.
Notre guide nous a recommandé de mettre 4 couches sur les jambes et le tronc (je n'en ai que trois) et même chose pour le buste et cela n'est pas de trop compte tenu du rythme de notre progression car notre corps produit moins de chaleur.
Au bout d'une heure trente, nous parvenons à Kosovo Camp, à 200m d'altitude plus haut.
Je dois bientôt échanger mes moufles avec celles de ma compagne car les siennes sont insuffisantes (pourtant recommandées par notre revendeur spécialisé en équipement de montagne, à 110€ la paire, il va m'entendre : si j'ai un conseil à donner, prendre des moufles Level Membra-Therm-Plus indice 4000 ou 5000). J'ai beau mettre des chaufferettes à l'intérieur de ces moufles avec des gants légers de surcroît, j'ai froid aux pouces. J'en comprendrais bien plus tard la raison en lisant le mode d'emploi écrit sournoisement en caractères minuscules : retirer la chaufferette de l'emballage et la laisser à 20°C pendant 10 minutes... L'activation de la chaufferette peut être difficile à haute altitude (supérieur à 2000 m) ou à basse température (inférieur à 0° centigrades). Si j'ai bien compris, cette chaufferette ne fonctionne qu'à la plage en été : nul, nul, nul....
Mon amie a eu la tourista la veille, elle n'a pratiquement rien mangé et elle n'est pas en forme, elle doit s'arrêter 5 secondes tous les trois pas pour reprendre des forces, j'adopte ce rythme qui finit par me convenir. Elle engloutit régulièrement un tube de gel énergétique pour tenir le coup.
Peu importe le temps que nous mettrons, nous souhaitons avant tout arriver au sommet et surtout éviter le mal des montagnes, nous avons autrefois largement donné au Tibet, notamment dans la Friendship Highway. C'est notre souffle qui rythme notre montée en nous interdisant tout emballement. Nous n'aurons à déplorer aucun mal de tête hormis la fatigue et la perte d'appétit : chi va piano, va sano e va lontano.
Au bout de deux heures, nous avons été dépassé par des groupes de plus de cinq personnes et leur cadence me semblait un peu rapide. Une heure plus tard, ils sont déjà bien au-dessus de nous mais nous apercevrons ensuite quelques frontales tournées vers la pente : un groupe de six personnes termine l'aventure en redescendant au camp et peu après une autre personne accompagnées d'un assistant. Il n'y aura pas d'autre tentative pour eux. Nous en dépasserons un autre à l'arrêt avec un guide, visiblement à la peine, il finira par nous suivre mais nous le distancerons malgré notre rythme de tortue. Statistiquement, le taux de réussite de l'ascension du Kilimanjaro en 6 jours par la voie Machamé n'est que de 73%, ce qui nous avait été clairement annoncé avant de partir.
Dans cette ascension nocturne, on perd les repères - temps et effort fourni - et c'est un avantage, jusqu'à ce que l'aube pointant au loin nous signale que nous avons marché plusieurs heures, comme sortant d'un rêve. Puis c'est au tour de l'aurore pointant sur Mawenzi suivie des premiers rayons de soleil qui ne nous réchauffent pas vraiment. Nous parvenons au niveau des premiers blocs de glace. Il reste 400m de dénivelé pour arriver à Stella Point avec nos semelles de plomb ; notre guide et son assistant ont une patience à toute épreuve. Sans eux, nous aurions pu difficilement atteindre le sommet.
Un groupe de sauveteurs - les rangers - nous dépasse bientôt, nous croiserons ensuite par deux fois l'un d'eux dans la descente épaulant une personne sous oxygénothérapie. La haute altitude, ça ne plaisante pas.
Parvenus à Stella Point, j'hésite à poursuivre vers le sommet vu l'état de fatigue de ma compagne et l'heure avancée ; mais le guide nous incite à poursuivre vers Uhuru Peak sur un chemin presque plat en croisant sur notre gauche un reste de glacier. Il reste une centaine de mètre de dénivelé jusqu'au sommet pour un kilomètre de distance. Il y a beaucoup moins de monde que les jours précédents, les personnes présentes donnent l'impression d'être en simple promenade dominicale, sans rapport réel avec l'altitude, certains arrivant par la voie Marangu. Par chance, le temps est radieux, le soleil nous réchauffe et l'on profite d'une vue panoramique.
Le chemin qui mène au sommet est exempt de neige, notre guide nous dit que des crampons étaient nécessaires 5 ans plus tôt : mais où sont les neiges d'antan ? Au nord se trouvent le glacier de Kibo et le glacier Furtwängler qui auront pratiquement disparu dans moins de vingt ans.
Le panneau marquant le sommet de Huhuru Peak est pris d'assaut par un vingtaine de personnes qui se relaient bruyamment pour une séance photo, en déployant tour à tour leur drapeau national devant le trophée ; nous jouons des coudes pour obtenir une place. Il nous aura fallu 10h pour y parvenir, mon amie est épuisée et n'en pouvait  plus de monter depuis un bon moment ; pour la convaincre de poursuivre jusqu'au sommet, le guide l'a épaulée sur le dernier kilomètre et il en sera de même dans la descente.
La descente est beaucoup plus rapide : effectuée en 2h20 sur un autre chemin, dans un mélange de gravier  volcanique et de terre, elle soulève beaucoup de poussière et nous fait découvrir sous le soleil le long chemin gravi au cours de la nuit.
Revenus à Barafu camp, nous prenons un repos de deux heures et avalons à la sauvette un semblant de repas ; il était prévu initialement de redescendre à Mweka Camp mais nous décidons de nous arrêter à High Camp, à 4000m d'attitude et à 2 heures de Barafu Camp, où nous retrouvons une végétation de type méditerranéen, partiellement dévastée par un incendie, avec des températures nettement plus chaudes.
N.B. L'indice IBP de 207 pour cette partie du trek est important mais ce n'est pas le plus élevé pour nous : estimé à 230 lorsque nous avons fait l'aller retour Gangotri - Source du Gange - 36km dans la  journée, mais on était plus jeunes et pleins d’allant mais encore plus lessivés !

Météo locale : logo_white_cropped

Ces données météorologiques fournies gracieusement par le site openweathermap.org/ sont susceptibles d'évoluer. Le site GPStraces.net décline toute responsabilité en cas de données erronées et vous incite à vérifier les conditions météorologiques avant votre randonnée.
Rando proposée par Lister toutes ses randos
La dernière modification de cette page a été faite le 01 avril 2024 à 12h30

Kilimanjaro - Jour 5 - Barafu Camp - Uhuru Peak - High camp

Les données altimétrique étant recueillies sur le fichier de trace du GPS, celles-ci peuvent être faussées en raison des variations barométriques en cours de randonnée et du réglage barométrique du GPS.
A proximité 2 : (possibilité d'afficher ces randos dans la carte jointe)
15/02/2023 - par patrick
Pour la dernière journée de trek, lever matinal et départ à 7h en direction de Mweka Gate avec un temps...
Lire la suite
confirmé – 12,8 km – 04h56mn
1658m/3825m +93m /-2259m /global -2166m
13/02/2023 - par patrick
Notre guide nous a demandé d'être prêt à 7:00 du matin car il redoute un embouteillage dans le chemin situé...
Lire la suite
confirmé – 9,0 km – 08h51mn
3912m/4678m +1269m /-503m /global 766m